Qu’est-ce qu’une lagune ?

etang-de-vic_0

Une lagune est une étendue d’eau peu profonde séparée de la mer ou de l’océan par un cordon de terre. Ce cordon littoral se modifie continuellement selon la houle et les marées. La lagune peut être en lien avec la mer via un fleuve, une passe d’eau appelée grau, ou par une nappe souterraine selon la perméabilité du cordon de sable.

Les lagunes furent utilisées par les hommes préhistoriques, car elle contient de nombreux poissons dont certains qui ne vivent que dans ce milieu aquatique particulier. Elles ont également un rôle écologique et de tampon en retenant ou en régulant des arrivées d’eau.

Il y a quatre types de lagune : ouverte (donnant sur la mer, vidangée à marée basse), fermées (moins salées), semi-fermées (les canaux peuvent être bloqués), estuariennes (le courant fluvial s’ajoute aux marées).

On trouve des lagunes au bord des mers n’ayant pas ou peu de marées. En France, elles se trouvent dans la région méditerranéenne. On connaît la célèbre lagune de Venise, en Italie. En Espagne, on parle de la Mar Menor, surnommée « la plus grande piscine d’Europe ».

Pour développer, on peut s’intéresser à la gestion d’une lagune, comme en Languedoc-Roussillon : Ici !

Qui sont les Mayas ?

citepalenque

On situe l’origine des Mayas en Asie. Ils auraient traversé le Détroit de Béring quand il était gelé, ou bien seraient venus des îles de l’Océan Pacifique. Ils seraient les descendants d’un peuple nommé Olmèque, qui est le plus vieux dans la région, et du peuple Aztèque, bien plus récent.

Le mot maya vient du maïs, la céréale qui est une nourriture importante pour les peuples de l’Amérique du Nord et centrale. Ces « homme du maïs » vivent dans les actuels Mexique, Belize, Guatemala, Honduras et le Salvador.

Les Mayas vivent dans de petits villages autour de lieux importants pour la communauté et la religion. Ils n’ont pas fait d’empire, mais ils ont plusieurs centres, des villes importantes, des cités-états. Ils utilisent l’écriture en hiéroglyphe, ils comptent, ils étudient les étoiles et l’architecture.

Ils sont colonisés au XVIe siècle par les espagnols, la culture et la religion changent avec force. Les archives de l’ancienne culture, avant l’arrivée des européens, sont conservées dans des codex, des livres d’histoire et des sciences.

Un mystère demeure : avant le premier millénaire, la civilisation maya a connu un effondrement qui questionne encore aujourd’hui les scientifiques et les historiens. On avance plusieurs hypothèses : le climat, la démographie, les guerres…Des anglais pensent plutôt à un manque de ressources partagées, menant à des révoltes et aux départs des mayas vers d’autres contrées.

Les mystères restent entiers concernant les Mayas ; on découvre encore des sites avec de nouveaux moyens technologiques, comme le balayage au laser. Au Guatemala actuel, les chercheurs ont pu trouver 60,000 structures sous la jungle, et estiment une population allant entre 10 et 15 millions de personnes !

Pour approfondir le sujet : l’article de M-Charlotte Arnaud sur la nature et les dynamiques des cités mayas. 

C’est quoi, Venise au XVIe siècle ?

venise-15eme-siecle

Venise avant le XVIe est une République puissante. Elle a annexé des territoires et des places commerciales en Méditerranée, jusqu’à l’Orient. La République est dans un réseau commercial important, le plus vaste et le plus étendu de son époque. Les galères vénitiennes sont les plus efficaces et permettent une omniprésence de leurs marchands.

Au XVe siècle elle affronte les autres cités italiennes comme Gênes, Rome, Naples, Milan et Florence. Les cités se battent pour dominer l’Italie, jusqu’à l’entrée en lice des puissances européennes comme la France. Venise est menacée par des alliances visant à sa chute, mais elle tient bon. Elle reste l’un des seuls états non conquis, mais le changement de centre de gravité du commerce-monde va diminuer sa puissance.

Il y a deux raisons au déclin de Venise : tout d’abord les routes commerciales se déplacent, elles vont de la Mer Méditerranée à l’Océan Atlantique. Elle perd donc sa place de grand port européen. Ensuite, elle doit faire face aux états militaires comme la France, l’Espagne ; l’Empire ottoman voisin prend ses possessions sur la route du Levant et en Grèce. Cette perte commerciale bascule dans l’exploitation des terres, à laquelle se rajoutent des épidémies de peste.

Dans le même temps la ville développe ses arts : peinture, architecture, sculpture…Les peintres comme le Titien, les Bellini, Le Tintoret, Véronèse produisent des œuvres ; des villas en style Renaissance suivent le cours du Grand Canal.

Qu’est-ce que le dollar constant ?

United_States_one_dollar_bill,_obverse

Le dollar est une monnaie utilisée dans beaucoup de pays, mais on en parle surtout comme étant la monnaie des Etats-Unis. Le dollar vient du thaler, une monnaie internationale utilisée depuis le XVIe siècle dans les échanges commerciaux. Le « thaler » devient « daalder » puis « dollar » en étant amené par les hollandais au XVIIe siècle, puisqu’ils se tenaient à l’endroit de l’actuelle New-York, qui s’appelait alors la Nouvelle-Amsterdam.

La monnaie est donc constante, c’est-à dire que son pouvoir d’achat reste constant sur une année. Elle n’est pas soumise aux inflations ou aux déflations, qui peuvent modifier sa valeur. Elle s’oppose à la monnaie courante, qui est la monnaie d’une période ponctuelle soumise aux changements perçus par les acheteurs. Pour passer d’une monnaie courante à une monnaie constante, on utilise les indices des prix. On se base sur les revenus des ménages (les foyers) ou sur l’indice des prix à la consommation ; les deux indiquent le pouvoir d’achat, soit les dépenses moyennes des ménages.

Ainsi s’obtient une valeur du dollar constant, un dollar qui n’est pas modifié par les changements de prix généraux.

Le planisphère est-il vrai ou faux ?

800px-mercator-projection

La réponse est assez simple :  les planisphères qu’on utilise sont tous faux, et pour de bonnes raisons ! 

Le planisphère le plus utilisé est celui de Mercator. Sa projection porte le nom de son inventeur, un géographe flamand qui publie cette carte en 1569 pour que les marins se dirigent plus facilement sur la Terre. Les méridiens se trouvent à une égale distance (verticale), par contre les latitudes s’espacent (à l’horizontale) quand on s’éloigne de l’équateur. On dit qu’il est faux car la superficie de certaines régions du monde se trouve mal représentée : l’Afrique semble plus petite que le Groenland alors qu’elle est quinze fois plus grande. Les pays scandinaves paraissent aussi gros que des pays comme l’Inde, alors qu’ils sont dix fois plus petits…

Le problème de cette fausse représentation vient de l’aspect sphérique de la Terre, qui rend impossible toute représentation des angles, des superficies et des contours. Tous les planisphères sont donc imparfaits et essaient de faire au mieux. Cela pose un problème, car nous apprenons la géographie, les espaces et les modes de vie d’une manière faussée, mais qui se veut aussi exacte que possible. Dès lors la géographie est soupçonnée de suivre des politiques, des idéologies, et des représentations mentales présentes dans les populations. La France pense être de la taille du Mali, alors que ce dernier est bien plus grand.

Ainsi le planisphère de 1569 place l’Europe de Mercator au centre du monde et grossi, mais quelques siècles plus tard l’Europe est bien remise au nord, avec la projection de Gall-Peters ci-dessous, datée de 1855 :

arno_peters-projektion

Voici également le planisphère de 1979 d’un australien, Mac Arthur, avec l’Australie au centre du monde. On pense naturellement que le Nord domine le Sud, et si l’inverse était tout aussi vrai ?

mcarthursmap2

Cette fois, dans la projection de Fuller de 1946, on enlève le nord et le sud, tous les répères habituels pour former une Terre qui apparaît bien différemment : unifiée. La séparation maritime n’existe plus et il ne reste qu’un seul continent, pour une seule humanité. On rappelle qu’un planisphère projette nos idées, nos idéologies, nos propres visions du monde.

dymaxion-map-unfolded-jpg

Pour finir, voici un planisphère qui présente la Chine au centre du monde. Les chinois, comme les européens, se sont considérés longtemps comme le centre du monde (en mandarin la Chine est appelée le pays du milieu). Après les guerres de l’opium du XIXe siècle, elle a compris qu’elle n’était pas le centre du monde, mais elle souhaite reprendre la place de première puissance mondiale. 

 

WORLD-SEEN-BY-CHINA-monde-vu-par-chinois

Liste de toutes les projections cartographiques : ici !

Qui sont les Emirats Arabes Unis ?

experience-a-dubai-aux-emirats-arabes-unis-par-yusuf-bba7c7d423ab65c5259ea6f7a9ec26d8

Les premiers hommes sont apparus dans la région vers – 7500 avant Jésus-Christ. L’endroit est ensuite réputé pour le commerce de perles, les marchands vont de la Syrie jusqu’à l’Inde. Les musulmans arrivent vers 630 et convertissent la population à l’islam naissant. Au XVe siècle, les grandes puissances se partagent le monde et les portugais se battent contre les grandes familles. Ces familles gèrent les émirats et discutent peu à peu avec les occidentaux.

Des branches des grandes familles s’installent à partir de 1790 à Abou Dabi, en 1833 dans la crique de Dubaï. Le pouvoir politique est aux mains des Cheikhs. Ainsi que des anglais qui font une trêve pour garantir la sécurité de leur marine, attaquée par les pirates. Les Etats qui signent la trêve en 1820 passent en 1892 dans l’empire colonial anglais, puisque l’Angleterre en fait des protectorats. Ces accords font souffrir la région durant le siècle des deux guerres mondiales, mais à partir des années 1960, le pétrole est découvert à Abou Dabi. L’émirat dirigé par le Cheikh Zayed ben Sultan Al Nahyane se modernise, construit écoles et hôpitaux. Dubaï suit le même développement. Les autres émirats reprennent le contrôle laissé aux anglais et les protectorats finissent en 1968.

Après quoi les Etats ont tenté l’union, mais sans accord possible, Bahreïn et le Quatar déclarent leurs indépendances en 1971. Il reste un accord entre six émirats : Abou Dabi, Dubaï, Charjah, Oumm al Qaiwain et Ajman. La fédération prend le nom d’Emirats Arabes Unis le 2 décembre 1971.

Le pétrole qui a fait la fortune des émirats se vend 150 millions de dollars par jour. La région est la troisième réserve de pétrole au monde.

De quand date l’Hôtel des Invalides ?

hotel-des-invalides-paris

L’Hôtel des Invalides fait partie des monuments de la ville de Paris. Il fut construit par Louis XIV, selon l’édit royal de 24 février 1670 afin de loger les invalides (blessés, amputés) de son armée. Il accueille aujourd’hui toujours des invalides, mais on peut voir surtout le tombeau de Napoléon, et des musées consacrés à l’armée.

Extrait de l’édit royal :

Nous avons estimé qu’il n’était pas moins digne de notre pitié que de notre justice de tirer de la misère et de la mendicité les pauvres officiers et soldats de nos troupes qui […] étaient non seulement hors d’état de continuer à nous rendre des services, mais aussi de rien faire pour pouvoir vivre et subsister ; et qu’il était bien raisonnable que ceux qui ont exposé librement leur vie et prodigué leur sang pour la défense et le soutien de cette monarchie, […] jouissent du repos assuré à nos autres sujets et passent le reste de leurs jours en tranquillité. 

A l’origine, Louis XIV veut donner une assistance à ses soldats blessés aux combats. A ce geste royal il faut ajouter une volonté de rassembler les invalides de guerre dans un seul endroit, eux qui sont avant ça livrés à eux-mêmes dans la ville de Paris. Les anciens soldats mendient ou provoquent des bagarres… Il s’agit donc pour le Roi de se faire bien voir de sa population, et surtout de sa propre armée. Les soldats s’installent et sont entretenus par l’argent du clergé, ils respectent une vie encadrée par la religion et la discipline militaire.

L’endroit devient au fil du temps un lieu de promenade, les civils côtoient les militaires, notamment durant les cérémonies, les hommages. Le lieu est choisi à l’écart de la capitale à l’époque de Louis XIV, et il fut entouré par la ville qui s’est étendue au fil des siècles.

La vue en perspective de l’Hôtel royal des Invalides ci-dessous montre bien l’architecture du bâtiment. La gravure est de Pierre Lepautre. 

invalides_maxi