Pourquoi Voltaire habite-t-il chez Emilie du Châtelet ?

emilie-du-chatelet-2

Emilie du Châtelet est une mathématicienne, physicienne et scientifique contemporaine de Voltaire. Douée à l’étude, elle apprend plusieurs langues, elle connaît toutes les matières scientifiques, sait monte à cheval, jouer de la musique et faire du théâtre.

Elle rencontre Voltaire en 1734 et ils deviennent amants. Voltaire, qui a des soucis avec le Roi de France Louis XV se réfugie dans le château d’Emilie du Châtelet, à Cirey. Car il vient de publier ses Lettres Philosophiques et la police royale le recherche. La censure et les représailles sont normales à cette époque, car le Roi concentre tous les pouvoirs de manière absolue. Ainsi le Château de Cirey devient un refuge pour le couple – couple qui va durer une quinzaine d’années. Voltaire quitte donc Paris et s’installe dans ce château délabré, qui est une possession du mari toujours absent de son amante. Le Château de Cirey se trouve dans le duché de Lorraine, actuellement la Haute-Marne.

La vie au Château de Cirey encourage les deux amants à produire de nouvelles œuvres et à étudier. Emilie du Châtelet mène des expériences scientifiques à son domicile, et organise aussi des concerts ou des pièces de théâtre. Elle travaille à la traduction de Newton, des principes mathématiques, et de la philosophie dite naturelle (appellation des sciences à cette époque). On dit que les conversations échangées avec Voltaire ont contribué à la rédaction de leurs ouvrages respectifs.

Les deux amants se sont séparés mais l’histoire reste présente, notamment sur la porte d’honneur du Château de Cirey. Voltaire y a fait graver ces quelques vers :

«  Asile des beaux arts,

solitude où mon cœur est toujours demeuré

dans une paix profonde,

c’est vous qui donnez le bonheur

que promettait en vain le monde ».

Et, en guise d’épitaphe, Voltaire a résumé la vie d’Emilie du Châtelet par ces mots :

      « Madame,

Quel faible hommage pour vous qu’un de ces ouvrages de poésie qui n’ont qu’un temps, qui doivent leur mérite à la faveur passagère du public et à l’illusion du théâtre pour tomber ensuite  dans la foule et dans l’obscurité.
Qu’est-ce en effet qu’un roman mis en action et en vers, devant celle qui lit les ouvrages de géométrie avec la même facilité que les autres  lisent les romans ; devant celle qui n’a trouvé dans Locke, ce sage précepteur du genre humain, que ses propres sentiments et l’histoire de ses pensées ; enfin aux yeux d’une personne qui, née pour les agréments, leur préfère la vérité ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s