D’ou vient l’indigo du commerce triangulaire ?

e

Pigment

Parmi les produits prisés par les européens utilisant le commerce triangulaire, on trouve l’indigo. Une couleur bleue présente dans le monde végétal – donc dans les plantations du Nouveau Monde, mais aussi ailleurs dans le monde.

L’indigo comme pigment se trouve dans le pastel et dans l’indigotier.

  • Le pastel est une plante à fleurs jaunes, venue de la Mer Noire (tiens donc !) il y a plus de 8000 ans. La teinture (la coloration des tissus) est avérée dès le Néolithique dans le sud de la France. Les peuples celtes et germains utilisaient le pastel pour se peindre la figure, dans les cérémonies religieuses par exemple. Le bleu devient ensuite au Moyen-Age une couleur divine, avec la couleur de la robe de la Vierge Marie. Il va être ainsi très demandé. La création particulière des pigments se faisant en boules, les coques ou cocagnes, les pays de cocagne sont donc des régions où l’on fait des teintures et des pigments (Amiens, Toulouse).

(point chimie : la fleur jaune donne du bleu par le processus d’oxygénation, en laissant les tissus sécher à l’air libre).

  • L’indigotier est un arbuste aux fleurs violettes, venu d’Asie tropicale. L’explorateur portugais Vasco de Gamma, qui est le premier à arriver aux Indes au XVIe siècle, rapporte l’indigo en Europe. Le nom latin Indicum signifie « venu d’Indes » et a donné finalement son nom à la couleur – même si on retrouve le mot dans le sanskrit. L’indigotier étant bien plus efficace dans les teinturies, son arrivée signe la fin des pays de cocagne. Le bleu fait son entrée dans les couleurs favorites des européens, qui en font un commerce prolifique.

 

Très utilisé dans de nombreuses civilisations (précolombiennes, celtes, africaines, germaines, persanes, orientales, indiennes…), l’indigo se développe dans les plantations des Antilles : Guadeloupe et surtout Saint-Domingue deviennent les fournisseurs des ports français comme Bordeaux ou Marseille. Cette culture continuera jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

On retrouve la couleur en 1873 à San Francisco, puisque les tailleurs Levi-Strauss et Jacob Davis « inventent » et brevettent le jean, un bleu de travail en toile teintée à l’indigo.

Pour mettre des images sur des mots, voici l’extraction de l’indigo à l’époque du commerce triangulaire. On remarque les bassins, les différents végétaux cultivés et les esclaves qui travaillent sous le regard du maître. 

Indigoterie-1667

Jean-Baptiste du Tertre, Indigoterie : série de bassins permettant d’extraire l’indigo, Histoire générale des Antilles, 1667.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s